Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

L'enjeu du télétravail

En France, contrairement aux autres pays de l’OCDE, le télétravail est assez peu développé, en particulier dans le secteur public où le potentiel est important. Elle se situe donc au 13ème rang, loin devant le Danemark, les Pays-Bas ou les Etats-Unis. Les obstacles et barrières qui empêchent un développement rapide du télétravail sont assez nombreux. Le facteur culturel est sans doute le plus important, en raison de la conception française du travail et de la nature des relations entre partenaires sociaux. Selon L. Davoine et D. Méda (2008), les Français ont un fort attachement au travail, avec une grille de lecture « hiérarchiques » des relations sociales basées sur les « rangs » et grades de chacun. L’autonomie des salariés doit permettre de favoriser le management par objectif. Cependant, les craintes de travailler plus sans contrepartie ou d’isolement existent dans un pays où la flexibilité interne est moins élevée que dans d’autres pays. Les autres types de freins sont de nature juridique et politique ou encore en matière d’équipement informatique. Au niveau juridique, les barrières concernent la responsabilité sur les accidents de travail à domicile et les limites entre une utilisation professionnelle et personnelle des outils mis à disposition. Il n’existe pas de définition légale du salarié télétravailleur. L’essor du télétravail entre en corrélation avec la diffusion des TIC. Les connexions doivent être de qualité stable et robuste, ces infrastructures doivent par ailleurs permettre la protection des données. Les territoires ruraux et les zones de redynamisation urbaine deviennent des espaces de développement prioritaires. Les risques d’abus liés au télétravail existent bien, mais doivent être identifiés à la fois au niveau de l’employeur et du salarié. Le risque se trouve dans le flou des frontières entre le domaine du travail et hors-travail. La jurisprudence reste encore largement ignorée, puisque l’on recense en 2009 une dizaine de cas sur deux millions de télétravailleurs (CAS, 2009). Globalement, il n’existe pas suffisamment de législation au niveau international, 90% des cas de télétravail restent informels. Les télétravailleurs se sentent majoritairement satisfaits et disposent de meilleures conditions de travail malgré un temps de travail généralement plus long et parfois un stress plus important. En revanche, ils reconnaissent disposer de plus d’autonomie et d’un contrôle moindre de la part de leur supérieur hiérarchique. Contrairement aux idées reçues, les télétravailleurs ne se sentent pas isolés et déclarent de même davantage de perspectives de promotion (European Foundation for the Improvment of Living and Working Conditions, Broughton, 2006).

Les commentaires sont fermés.