Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Sport

  • Le Rollercoaster, c'est over

    Samedi dernier, j'ai réalisé une activité pour le moins singulière : un vol en avion de chasse. Ca s'est passé à Reims, et comme vous pouvez vous en douter, cette expérience a été assez détonante. Je savais que ça allait bousculer, évidemment. Mais je ne me doutais pas à quel point. Vous devez vous dire que je suis un peu bête. Pourtant, j'ai bien cherché à savoir avant le jour J. Mais même si ça peut paraître étrange, on ne trouve presque rien sur cette expérience sur internet ! J'ai beau avoir perdu des heures à chercher, j'ai fait chou blanc. C'était à croire que personne ne s'offrait de baptême en avion de chasse ! Pourtant, le pilote m'a bien dit que son calendrier de vol ne désemplissait pas. Alors pourquoi y a-t-il si peu de retours ? Pourquoi presque personne ne fait un retour d'expérience sur ce qui se passe là-haut ? Avec le recul, je crois avoir compris. En fait, ceux qui ont fait ce vol gardent le silence parce qu'il s'agit là d'une tranche de vie dont les mots peinent à retranscrire l'intensité. D'ailleurs, presque tous les récits que j'ai dégotés sur le web expliquaient davantage le côté matériel que les sensations de vol. Mais je vais tout de même essayer de vous résumer ça en quelques mots. Imaginez le manège le plus dément dans lequel vous êtes entré. Multipliez ensuite ça par 5. Et vous commencerez à vous faire une petite idée ce qu'on peut ressentir dans un looping. C'est sans conteste l'expérience la plus effroyable que j'aie jamais vécue. Presque une heure de vol, dont dix minutes de vol acrobatique. Où, à chaque instant, mon corps semblait vouloir s'emboîter dans mon siège en raison du facteur de charge. Une expérience si extrême que j'ai passé tout le vol à serrer les dents, et que j'ai vomi mon café du matin dans un sac en papier. Très classe, surtout quand une caméra vous filme de face. Mais étrangement, je ne regrette absolument pas de l'avoir fait. En fait, c'était l'expérience la plus extraordinaire que j'ai pu faire dans ma vie ! Il doit me manquer une case... Pour ceux qui sont, comme moi, de grands malades, je mets le lien vers le prestataire qui propose ce vol en avion de chasse à Reims. Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du site internet sur cette expérience de baptême en L-39 qui est très bien élaboré sur ce sujet.

  • Survol dans les Alpes

    C'est probablement l'une des plus belles vues de France à découvrir. Vous allez me dire que je ne suis pas objectif, étant donné que je suis né dans cette région, mais le Parc national des Ecrins, situé au coeur des Alpes françaises, porte bien son nom : il recèle plusieurs véritables joyaux de la nature. Ce parc, que je connais depuis mon enfance, a fait récemment l'objet d'une redécouverte de ma part, lorsque j'ai été amené à le visiter d'une nouvelle manière, lors d'un vol en hélicoptère. Si ces paysages vous sont inconnus, il vous faudra un jour réparer ce tort en venant les explorer. Le massif des Ecrins se dresse majestueusement à 4000 mètres au-dessus de la vallée sauvage de Vallouise. Plus bas, sur les dénivellations ensoleillées, la lavande pousse au sein de forêts de chênes, hêtres et pins, qui abritent un papillon de nuit extrêmement rare que l'on appelle localement Isabelle de France. Plus haut, à l'ombre des parois rocheuses des montagnes, la nature devient plus sauvage. Les pins, aux longues racines pivotantes, cèdent la place aux épicéas, dont les racines moins profondes sont plus adaptées à la terre de plus en plus rare des versants rocailleux. Le parc, créé en 1973, contient un microcosme de flore et de faune alpines. Au départ du Pré de Madame Carle, il faut compter deux heures de marche pour atteindre le pré du glacier Blanc, qui offre de splendides panoramas, notamment des parois rocheuses qui surplombent le glacier Noir, un peu plus au sud. Un sentier, bordé de nombreux panneaux indiquant différents points de vue, relie le col au village d'Alpe du Villar-d'Arêne. On aperçoit souvent des aigles royaux survolant la zone. Ces derniers survivent particulièrement bien dans le Parc des Ecrins, où ils ont été réintroduits pour se reproduire, avant d'être déplacés vers d'autres régions de France. Le mont Pelvoux s'élève à 3946 mètres. C'est une montagne jeune, qui croît au rythme d'environ un millimètre par an. Le mont Pelvoux possède de nombreux glaciers : le glacier Pelvoux au sommet, le glacier du Clos sur le versant sud, le glacier de la Momie et le glacier des Violettes sur le versant est et le glacier Noir sur le versant nord. Au nord du parc se trouve la chaîne de la Meije, qui culmine à 3983 mètres. Les vols en hélicoptère sont moins coûteux et plus accessibles qu'on ne le pense généralement, mais il existe également d'autres façons de découvrir ce site. En effet, un téléphérique partant de La Grave emmène les touristes presque jusqu'au sommet. Ainsi, vous n'avez plus aucune excuse pour ne pas découvrir ces vues sublimes. A lire sur le site internet de cette expérience de vol en hélicoptère à Gap.

  • Un vol en Albatros

    Il est des amours qui dépérissent au fil du temps. Et d'autres qui restent intactes. Ma flamme pour les avions de chasse n'a jamais disparu. Quand j'étais petit, mes camarades étaient fascinés par les petites Majorette. Ils en avaient des cartons entiers. Mais en ce qui me concernait, c'était les avions militaires. Il y avait des maquettes d'avions partout dans ma chambre. Je ne sortais jamais sans eux. Et quand mes amis proposaient de jouer avec leurs petites voitures, je foutais le dawa dans leur parc automobile et m'en allais jouer avec mes avions. J'étais peut-être un peu sociopathe, maintenant que j'y pense. :-) Je suis aujourd'hui adulte, mais cette affection-là est toujours entière. Des maquettes d'avion de chasse dans mon bureau. Il fallait donc bien qu'un jour, je découvre ce qu'on ressent à bord d'un avion de chasse. Et c'est ce que j'ai fait il y a quelques jours, lors d'un vol en avion de combat. Depuis le temps que j'en rêvais que je craignais par-dessus tout que ce vol ne soit pas à la hauteur. De sortir de l'appareil et de me dire que ce n'était pas si sensationnel que ça. Mais ça ne s'est pas passé comme ça. Lorsque je suis sorti de l'appareil, j'avais l'impression d'avoir passé une heure dans un sèche-linge. A pleine puissance. Cette expérience s'est avérée encore plus démente que ce que j'avais imaginé. A certains moments, je dois bien admettre que j'ai dû lutter pour ne pas paniquer. Je comprends mieux pourquoi j'ai eu autant de mal à trouver des retours d'expérience sur de tels vols sur le web. Avec le recul, il n'y a pas de mots pour décrire ce que j'ai vécu. Pour décrire ce qu'on ressent au moment où on enfile sa combinaison de vol. Lorsqu'on monte à l'intérieur du cockpit. Et quand, dès la première boucle, on pèse soudain 6 fois son poids. Il n'y a aucun mot pour raconter ça. Mais il fallait quand même que je le dise ici : j'ai volé à bord d'un avion militaire. Retrouvez toutes les infos sur ce de vol en L-39 en suivant le lien. http://www.vol-l39.com